Je vis dans un pays qui ne connait pas la cédille. Un pays qui compte 3 lettres en plus dans l’alphabet, 3 lettres qui sont pour moi une petite fierté quotidienne. Elles apparaissent sur mon clavier, sur mon bulletin de paie, dans mon journal.

Je troque d’ailleurs volontiers ma cédille contre celles-là. Dans un contexte franco-français, j’en viens à rire parfois, lorsque je passe un week-end à Mårdshyttan.

À mon retour, spontanément, des bienveillants prennent de mes nouvelles.

« Comment s’est passé ton week-end à Mochitan ? »
« Quel temps à Mourdgitan ? »
« … à Machittan ? »
« … à Mojitan ? »
« … à Moutchitan ? »
« … à Mutchitann ? »
« … à Moudjytan ? »
….

On en viendrait presque à inventer des mots… des néologismes à base de cigarettes « … à Moutte-gitanes ? », de noms d’indiens « … à mout-t’chi-tan ? », de villes du Pas-de-Calais « … à Mouji-tanne ? »

Faites moi rire, encore un peu, je ne me lasserai jamais de tout ça !