Parfois, souvent, tout le temps, il est nécessaire de faire un bilan, un état des lieux. Quitter un appartement, on verifiera l’état des fenêtres, l’étanchéité des robinets… on gardera quelques euros sur ta caution, ta négligence finira par te faire les pieds (Justice, Ô Justice)
Pour repartir de plus belle… un nouveau locataire, une enième vie à ce 23m².

Et aujourd’hui, je sentais le besoin de faire un état des lieux, non pas celui de mon appart, mais celui de Paris, esquisse(s), qui peut être devra cesser, le jour venu. Ne serait-ce que le déménagement prochain, la Suède, Stockholm… La vie quotidienne revue dans son intégralité, changement de paysage et de vie en général. Alors, certainement l’occasion d’ouvrir un journal de bord, « comme tout le monde » dira-t-on, où basiquement, je ferais état de mes journées, de mes rencontres, des cigarettes dégueu’ et du prix du vin.

Alors ce bilan, ici, de ça, de tout ce que j’ai pu raconter, les bonnes choses comme les mauvaises. Depuis décembre 2005, un peu plus d’un an et demi. Quelques centaines de pages, des centaines de milliers de caractères, tout ça pour l’équivalent d’une dizaine de minutes par jour. Les débuts difficiles, très mauvais, quelque chose aujourd’hui qui ressemble un peu plus à ce que j’avais imaginé au départ. Quoi qu’il en soit, on est toujours insatisfait, quoi qu’il se passe et quoi qu’il en advienne.

Il n’y a pas de juges, j’écris avant tout pour moi, pour le souvenir. J’emploie « avant tout », qui n’est pas donc pas exclusif; je n’écris pas QUE pour moi, auquel cas j’aurais collectionné les fichiers Word sur mon ordinateur. J’aime être lu, j’aime surtout les réactions ; les points de vues partagés.  

Je touche au point sensible, les visiteurs, toi qui te trouve ici, à lire tout ça. Habitué peut-être, égaré ici certainement.  De là difficulté de se faire un avis, sur le blog en général, sur l’intérêt général, si il existe.

Enfin, j’ai tout de même quelques informations : des connections journalières cosmopolites, de la France à la Belgique, de la Chine au Japon, plus récemment. Je n’en sais pas vraiment plus, en dehors des amis, existe-t-il encore des êtres humains bons clients de cet espace, réguliers ? J’en doute… je serais le premier à m’ennuyer ferme sur la vie d’un inconnu

Tout ça m’aura tout de même apporté… trouver le goût de l’écriture, et travailler sa grammaire… bien qu’il subsiste une bonne tonne de fautes, je fais de mon mieux pour tendre vers le zéro ; quelques avis sympas, quelques encouragements ; j’ai par ce biais aussi, retrouvé Flav’ (merci Rosie) ; tout ça pour finalement se dire que l’on n’y perd jamais.

Alors voilà, vendredi prochain sera le jour de mon départ en Suède, avec un retour prévu fin août pour préparer le déménagement. Début septembre, je ne serai déjà plus là… et Paris, esquisse(s) sera peut être officiellement « clos« . Disponible, mais clos. Je tenterai l’épilogue hoorible, celui où tout le monde pleure à la fin, sauf tout le monde.

Je vous embrasse, encore des tonnes de choses à faire avant le départ, des tonnes aussi à raconter.

Johan