Far away.

Qu’est ce qui nous sépare ?

Peut-être peu de choses finalement. Lorsqu’on regarde un peu. 200 ou 2000 km, le constat est toujours le même. Ce sera les mêmes mails échangés, les mêmes coups de téléphone, les mêmes « on arrive dans 3 semaines ! »

Les choses auraient été équivalentes si j’avais déménagé à Brest, ou à Trouville. Les personnes que vous laissez derrière, la famille, les amis, ceux que vous aimez et ceux que vous aimez moins. Trouville ou Stockholm, quelle différence ?

Si, quelques unes. Mes photos sont beaucoup plus jolies. J’ai certainement beaucoup plus de choses à dire ici qu’à Trouville, et jamais Ô grand jamais il n’est écrit sur un bail de location français « il est strictement interdit de fumer dans cet appartement« .

Alors qu’ici…

Quoi qu’il en soit, je suis un homme heureux, je vous aime, Céline ne prend pas tes billets d’avion tout de suite, il se peut que nous ayons un léger contretemps.

edit : et oui, il est 16h20 aussi chez moi. Comme chez toi. Et non, je ne vis pas au milieu des esquimaux !

Partager sur les réseaux:
error0

2 réflexions sur « Far away. »

  1. Hej!
    Je tiens à te féliciter pour ce journal de bord d’un néo-résident en suédois. Nos chemins sont assez similaire (je n’ai pas utilisé une R 19 « 77 » mais presque ;-) pour m’expatrier) dans le sens ou moi aussi j’ai quitté l’Ile-de-France pour la Suède…. du Nord.
    Merci de mettre par écrit et dans une tonalité touchante tes (res)sentiments car tu décris ce qu’il se passe en grande partie dans mon âme.
    Cette notion de distance est réellement ce que je pense… Et finalement moi aussi je suis libre et serein malgré le déracinement.
    Hej do!

  2. J’étais persuadée qu’il y aurait un décalage, mais ça m’étonnait de te voir sur msn aux mêmes heures que moi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *