De part sa géographie, la Suède est propice aux baignades en tous genres: la mer, la mer dans l’archipel, un petit lac, un lac gigantesque, après un sauna, sur un ponton… Une légende dit qu’il existe en Suède plus de points d’eau que de suédois, ce qui revient à dire que même un samedi férié de mois de Juillet, si chaque suédois se retrouvait planté au milieu d’un lac différent, il resterait toujours au moins un lac pour un copain de passage.

En France, même si nous manquons cruellement de lacs, il est suffisamment simple de profiter de nos différentes côtes durant l’été.

A nos baignades quelques règles sont venues naturellement s’imposer:

  • La baignade est déconseillée après un repas
  • La baignade est déconseillée après la consommation de glace
  • La baignade sans acclimatation préalable est déconseillée si il existe une différence trop importante entre la température de l’eau et la température extérieure

En revanche, ces règles ne sont visiblement pas parvenues aux oreilles des suédois.

La pratique du sauna en Suède est aussi répandue que le diabolo grenadine dans les bars de France. Ils sont des milliers à, chaque jour, profiter de la chaleur d’un poêle chauffé à +80 degrés dans une pièce en bois pas plus grande qu’une cabane de chasse. Lorsque la chaleur devient peu supportable, ils trouvent réconfort dans l’eau du lac le plus proche (ou se roulent dans la neige si la période s’y prête).

Et les enfants en premier.

Lorsque nous Français crions ”HYDROCUTION!” les suédois rétorquent “Hein?!”. C’est un fait: il n’est jamais question d’hydrocution en Suède. De là plusieurs hypothèses sont envisageables:

  • Les suédois sont absolument tous irresponsables
  • Les suédois ne sont pas « hydrocutables »
  • L’hydrocution est une histoire pas forcement plus vérifiable que cette américaine qui aurait mis son chat au micro-onde avant d’attaquer le fabricant pour la mort subite et explosive de ce dernier
  • Je ne suis vraisemblablement pas bien renseigné sur l’hydrocution, qui, pour une raison qui m’échappe, ne s’applique pas aux saunas de fabrication suédoise.

Face à cette torture Scandinave les français qui s’en approchent sont soucieux d’y laisser leurs peaux. Certains préféreront même ne pas se jeter à l’eau de peur de finir tétanisés.

Ils ont évidemment tous un cousin qui a trépassé un dimanche après midi à Valras Plage. De là haut, les suédois nous regardent et rigolent.

Ils n’ont je pense jamais entendu parler de Valras Plage.