La ligne 4.

A Stockholm, on peut se déplacer de nombreuses façons différentes: on fait du vélo façon Tour de France avec casques et combinaisons de l’aérospatiale suédois, on roule en Volvo et moins en SAAB car leurs propriétaires  sont un peu stressés en ce moment, beaucoup se déplacent en métro et quelques-uns, un peu plus originaux, vont travailler en patinant sur les lacs de glace avec, par chance pour eux, une saison glacière désormais étendue d’octobre à juin depuis cette année 2012.

Et puis pour tous les autres, il y a la ligne 4.

La ligne 4, c’est un bus qui semble emprunter sans exceptions toutes les rues de la capitale, à toutes heures et pulvérisant visiblement toutes les limitations de vitesse car il ramène toujours les gens sans aucune attente, partout et très vite. A Stockholm, c’est un quotidien “sinon, t’as la 4 qui passe par chez toi” dès lors qu’il faut se rendre d’un point A à point B, que A se trouve à 25km de B ne posant évidemment aucun souci. Il est d’ailleurs étonnant de constater qu’il existe son équivalent en France, avec une ligne 4 du métro parisien qui pourrait théoriquement envoyer ses passagers de Porte d’Orléans à Honfleur en moins de 30 minutes.

La ligne 4, c’est aussi l’occasion de retrouver ses collègues, sa famille, une vieille tante perdue de vue depuis plusieurs années, une ancienne prof de maths, ou des copains parfois. La ligne 4, c’est celle qui sauve un retard, celle qui vous ramène chez vous quand il n’y a plus rien à boire, ce bus dans lequel il est possible de monter, fermer les yeux pour 1 minute ou deux et arriver à la maison.

A voir cette ligne 4 semblant quadriller la ville, on en vient a se demander si la compagnie de bus SL ne devrait pas étendre ses activités à la distribution du courrier ou la livraison de pizzas sur Stockholm et ses alentours.

Partager sur les réseaux:
error0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *