La place au hasard.

Si il y a bien une chose qu’on ne trouve pas en Suède (le tarama mis de côté), il s’agit bien de l’imprévu, au sens large du terme.

L’imprévu, c’est quelque chose qu’on a pas mis dans les suédois, exactement comme le petit sachet en plastique contenant tous les écrous nécessaires pour monter la mezzanine IKEA qui mystérieusement manque toujours à l’assemblage.

Les suédois ont, par exemple, sans cesse une excellente raison pour refuser de sortir: que ce soit les courses, les lessives, dès lors qu’un événement n’est pas planifié une bonne trentaine de jours à l’avance, rien ne les fera mettre le nez dehors. Il est en effet hors de propos de perturber leur planning journalier: proposer de partager une Leffe en terrasse au dernier moment à un scandinave aura autant de chances de réussite que la construction de l’Empire State Building avec des bouchons en plastique.

Après un peu plus de 2 années ici, j’ai néanmoins eu le loisir d’établir une liste exhaustive de tous les éléments à respecter afin de parvenir à rassembler tous vos amis suédois pour une fête quelconque.

Il est tout d’abord nécessaire de s’assurer qu’il y aura bien un mois (jours ouvrés) entre la réception de l’invitation et la fête en elle même. Dès lors, plusieurs étapes sont à respecter:

  • précisez l’objectif de la soirée (ne rien laisser de côté, s’agit-il d’un anniversaire, d’une rencontre entre amis, d’une soirée film de vacances, etc.)
  • informer de l’heure (les chances de réussite augmentent considérablement si l’invitation précise « à partir de 19h » et non pas « en début de soirée« )
  • transmettre impérativement le code d’entrée de l’immeuble (certains suédois pourraient ne pas savoir comment gérer l’incertitude et, par peur de rester à la porte, préférerons rester sur le canapé)
  • faire parvenir une liste exhaustive des choses à ramener (vin, dessert, salade, ne rien laisser au hasard. La configuration optimale consiste à attribuer un plat à chacun, de sorte que vous conserviez la soirée sous contrôle )
  • être certain que le jour choisi ne tombe pas un jour de fête nationale (fête de l’écrevisse, du gâteau à la carottes, jours fériés, ou anniversaire de la princesse, assurez vous qu’il n’y aient aucunes célébrations le jour J)
  • prévoir une heure limite de fin de soirée (celle ci reste à titre simplement informative, sachant qu’il est tout à fait probable que si de l’alcool est servi, les derniers suédois survivants se répartiront de façon homogène sur le sol entre le clic-clac et la salle de bain pour le reste de la nuit)

Si vous êtes chanceux, vous recevrez 4 jours après (pas 3, pas 5) un SMS ou un message sur votre Facebook disant « merci pour la dernière fois« . Dès lors, vous pouvez fièrement conclure que vous avez parfaitement géré l’organisation, et qu’il est désormais possible d’envisager une carrière en France, dans l’événementiel.

A ceux qui clament la vie facile en Suède, il n’en est rien! A moins d’avoir une patience sans limite, l’envie vient souvent d’envoyer par paquet les suédois à Paris ou à Madrid pour 2 petites années, afin qu’ils aient la chance de se former à ce que nous, les européens du Sud, manions à la perfection: la désorganisation (au sens large, trèèès large du terme)

Partager sur les réseaux:
error0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *