Le dimanche à Stockholm.

Les dimanches à Stockholm sont tous très similaires: la plus grande partie de la population se retrouve à l’extérieur. Le dimanche, c’est plus qu’une invitation à sortir, c’est une convocation municipale. C’est donc de fait 1 579 658 suédois tous très contents, tous très dehors. Dans ce million et demi, on distingue plusieurs catégories:

Les plus visibles sont tout d’abord ceux qui promènent des poussettes. Les suédois font beaucoup d’enfants et semblent aussi les faire tous en même temps, d’où un pic de poussettes chaque année dans les rues de Stockholm. Le dimanche, c’est le jour où l’on convient qu’il faut sortir la poussette. D’ailleurs, il n’est pas forcement nécessaire d’avoir un enfant à l’intérieur, l’idée étant plutôt de créer des « gangs de poussettes » entre parents plutôt que de se concentrer sur l’épanouissement des enfants. C’est donc en bancs de quinze poussettes absolument gigantesques que ce joyeux groupe vagabonde dans les rues de la file en discutant de trucs de parents.

Il y a aussi les jeunes, évidemment. Le dimanche, la plupart d’entre eux ont des têtes bizarres. La veille, ils ont dansé, ils ont bu beaucoup de bières, ils ont envoyés des sms souvent regrettables à leurs copains, ils ont encore dansé, une bonne moitié à vomi et les survivants, ceux qui ont fait la fermeture, dorment encore. Le dimanche, dans les rues de la ville, il ne reste donc que la moitié qui a vomi. Ceux-là même qui prennent d’assaut les cafés, les fast food, et qui viennent se mélanger aux poussettes afin de rendre absolument inaccessibles tous les lieux de restauration un peu attractifs de la capitale.

Le dimanche, il y a aussi les vieux. Ils se promènent, ils sont relativement lents, ils discutent au milieu des trottoirs et créent pas mal de soucis aux pousseurs de poussettes qui se retrouvent contrains de manœuvrer leurs bulldozers, ce qui semble les irriter passablement.

Les derniers, ce sont les touristes. Ils sont nombreux, ils sont là tout au long de l’année. Ils  s’adressent aux suédois dans leur langue en comptant bien sur le fait que le suédois parle d’office une quinzaine de langues, et ils se prennent très souvent en photo. En règle générale, dans un groupe de trois ou quatre, il y a celui qui se recule de quelques pas, monopolise intégralement le trottoir, sort son téléphone et essaie durant 3 minutes de prendre une photo chouette. Étant donné qu’en Suède, tout le monde est très respectable, les poussettes attendent et les vieux ne forcent pas le passage non plus. Cela crée donc des bouchons terribles sur les trottoirs de la ville.

Aux alentours de 17h30, la mairie décide de ranger les suédois dans leurs maisons.  On libère les rues, les cafés désormais accessibles ferment, les suédois se félicitent de leur journée et visiblement, tout le monde est toujours très content.

Partager sur les réseaux:
error0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *