Systembolaget, le dealer d’alcool national, monopole d’État, fait partie du quotidien des suédois. Il en existe exactement 76 à Stockholm, Systembolaget fait plus d’argent que le Paris-Saint-Germain avec un chiffre d’affaires de 24,439 milliards de couronnes suédoises. Le plus proche de chez moi se trouve à 500 mètres, Systembolaget est la station Vélib’ de Stockholm.

Si l’alcool était en vente libre en Suède, le pays et ses habitudes seraient radicalement modifiés. Le comportement des suédois serait la première conséquence directe de la disparition du Systembolaget: on les trouverait certainement moins stressés. Il est vrai que les horaires d’ouvertures de Systembolaget imposent une certaine planification à laquelle il est bon de se tenir. Il est nécessaire, avant le fermeture sabbatique du samedi à 15h, d’envisager absolument tous les événements potentiels du week-end pouvant théoriquement entraîner une consommation d’alcool. Un coq au vin le samedi soir est évidemment beaucoup moins sympa quand on a pas de vin à la maison.
Un tel effort d’anticipation peut très vite devenir un facteur de stress important chez les suédois, qui se sentent par la même occasion obligés de planifier l’intégralité du mois à venir, juste dans le doute.

Si l’alcool était en vente libre en Suède, on aurait certainement moins de jeunes bizarres dans les rues de la ville le samedi soir. Étant donné que les moins de 20 ans n’ont pas légalement le droit d’acheter de l’alcool, ces petits salopards profitent de la moindre ouverture dès lors que le personnel se trouve un peu négligent sur le contrôle des cartes d’identités. Et quand ils parviennent à mettre le main sur une bouteille, c’est très rarement un Hautes Côtes de Nuits.  On ira plutôt miser sur le rapport « degré d’alcool/prix » (un rapport que les suédois ont inventé) – et c’est souvent la bouteille de Tequila à 100kr avec un type en sombrero dessus qui gagnera le concours.

Bien entendu, si l’alcool était en vente libre, on pourrait aussi boire des coups pour beaucoup moins cher et Systembolaget n’apparaîtrait plus dans le top 1 des débiteurs de chaque compte en banque suédois. Mais par la même occasion, le gouvernement deviendrait plombé par les dettes, on imposerait donc des semaines de 50h et 15 jours de vacances par an. Bref, la Suède deviendrait l’équivalent du Japon et ça, personne ne trouverait ça vraiment chouette.

Enfin, si l’alcool était en ventre libre en Suède, on boirait aussi beaucoup plus de coups. On verrait plus de copains, on ferait plus de musique, certains dîners seraient un peu moins chiants et Björn Borg n’aurait peut-être jamais gagné Rolland Garros, six fois.